Les investisseurs peuvent encore tirer profit du dispositif Pinel jusqu’en fin décembre 2017. Ils ont d’ailleurs plusieurs solutions : acheter des parts de SCPI fiscales, investir dans de l’ancien ou dans des biens immobiliers neuf.

Cette année est très propice pour l’immobilier. Et bien que la loi Pinel n’était pas la cible principale des bailleurs, elle l’est devenue au final. Parmi ces investisseurs, certains misent sur l’ancien, d’autres sur le neuf. Il y en a même qui investissent dans deux biens. Ce dispositif donne droit à de nombreux avantages et peut s’associer au régime du déficit foncier.

Réaliser de bonnes affaires en investissant dans le neuf

Depuis son application, le dispositif Pinel permet l’achat de deux biens immobiliers. Cette solution est d’ailleurs la plus rentable. Le rendement moyen de cette transaction s’élève à 7 %. En effet, celui-ci est optimisé par un coefficient multiplicateur applicable sur la somme du loyer.

Ce coefficient est efficace dès lors où le logement est petit. Ce système permet de pratiquer un loyer plus intéressant, bien plus que la limite imposée par le dispositif Pinel. L’objectif de l’investisseur ci est clair : réaliser une opération financière en optant pour deux grandes métropoles régionales comme Strasbourg et Nantes et ainsi profiter d’une meilleure rentabilité.

Rénover de l’ancien pour optimiser son investissement

Une autre solution s’offre à vous lorsque vous optez pour le dispositif Pinel, à savoir l’investissement dans un bien ancien. Cette alternative est encore méconnue du grand public, mais permet de miser dans une résidence ancienne à rénover.

L’avantage fiscal obtenu dans le neuf est aussi appliqué avec l’ancien, moyennant une réduction d’impôt de 63 000 euros sur douze ans. Du point de vue fiscal, une petite partie des travaux est déduite grâce au déficit foncier, équivaut à environ 20 000 euros. Voir sur http://www.deficitfoncier.org/ pour mieux comprendre le déficit foncier. Une option de choix pour alléger son impôt.